Créer son entreprise en solo

Devenir son propre patron et fonder son entreprise à petite échelle nécessite de suivre certaines formalités : la déclaration d'activité, le régime fiscal/social, domiciliation, assurance, obligations comptables...

QUEL STATUT JURIDIQUE POUR ENTREPRENDRE SEUL ?

Réaliser son projet et entreprendre seul ne sont pas des démarches évidentes. Les entrepreneurs individuels doivent faire un choix entre plusieurs statuts juridiques avant de réaliser toutes les formalités utiles au démarrage de leur entreprise et de faire une déclaration de création d’activité. Quels sont les statuts adaptés pour entreprendre seul ? Lequel choisir ? Quel est le meilleur choix pour votre projet ? Statutentreprise.com vous présente les caractéristiques, les avantages et les inconvénients de ces différents statuts juridique et vous accompagne dans le choix de votre statut pour lancer seul votre entreprise.

LES OBLIGATIONS FISCALES

Les obligations fiscales

Les micro entreprises bénéficient d’obligations fiscales relativement simplifiées. Elle se limitent à la déclaration des recettes encaissées ou à seulement l’indication de leur montant total sur les revenus de l’année.

LE RÉGIME SOCIAL

Le régime social

Devenir micro entrepreneur c’est équivalent à être un chef d’entreprise individuelle et être soumis au régime micro-social. Le principe est de déclarer le chiffre d’affaires et les cotisations sociales correspondantes.

LES OBLIGATIONS ADMINISTRATIVES

Les obligations administratives

Plusieurs obligations administratives à respecter au moment de créer sa propre entreprise ;  Immatriculation de son statut, déclarations sociales et fiscales… Mais il existe des mesures allégées pour éviter les tracasseries administratives.

COMPTABILITÉ
ULTRA-ALLÉGÉE

COMPTABILITÉ ULTRA-ALLÉGÉE
COMPTABILITÉ ULTRA-ALLÉGÉE

PRÉVISIBILITÉ DE
L'IMPÔT SUR LE REVENU

DÉMARCHES
DE CRÉATION SIMPLES

DÉMARCHE DE CRÉATION SIMPLES

PAS DE TVA À REVERSER

Différence entre auto-entreprise
et micro-entreprise

Avant que le régime de l’auto-entreprise ne soit absorbé par celui de la micro-entreprise, il y avait des différences entre les deux. Le régime auto-entrepreneur est une forme simplifiée de la micro-entreprise avec un régime fiscal simplifié. L’auto-entreprise peut toutefois opter pour le versement fiscal libératoire. Depuis 2016, Micro entreprise ou auto entrepreneur ne font plus l’objet d’une distinction.

LES SEUILS DU RÉGIME AUTO-ENTREPRENEUR

Les seuils du régime auto-entrepreneur

LE CHIFFRE D’AFFAIRE ANNUEL DOIT ETRE ÉGAL OU SUPÉRIEUR A 170 000 € POUR LES ACTIVITÉS DE VENTE ET D’HÉBERGEMENT ET 70 000 € POUR LES AUTRES SERVICES.

Quelles démarches pour devenir
auto-entrepreneur ?

Déclaration

Déclaration d'auto-entrepreneur en ligne

La déclaration d’auto-entrepreneur doit être obligatoirement envoyée par Internet au Centre de Formalité des Entreprises (CFE) selon l’activité. Elle doit être envoyée à la CCI pour les commerçants, à la CMA pour les artisans ou commerciaux et à l’URSSAF pour les libéraux.

Justificatifs

Les justificatifs complémentaires

Après avoir fait la déclaration en ligne, vous devez apporter les pièces justificatives complémentaires afin de finaliser la création de votre société. Parmi ces pièces, on trouve la pièce d’identité, le justificatif de domicile, la déclaration de non condamnation et le diplôme si profession réglementée.

Documents

Réception et conservation des documents

Les démarches de création auprès du CFE sont faites par voie électronique sur le site de Guichet entreprises. Après transmission de votre demande d’inscription, réglez vos frais d’inscription en ligne au Registre du Commerce ou des Métiers. Vous recevrez un accusé de réception d’enregistrement.