Transformer sa société pour entreprendre seul

L’entrepreneuriat peut se faire seul ou à plusieurs.  Le principe est toujours le même. Il s’agit d’un moyen de gagner sa vie en maîtrisant soi-même son temps et son argent. Vous pouvez vous ouvrir au monde sans aucun souci dans la possibilité de créer des emplois.  C’est un moyen d’aider les autres en vivant bien. Créer et diriger une entreprise est exposé à des risques. Le résultat est le fruit de vos efforts.

Ce qu’il faut savoir pour entreprendre seul

Le fait d’entreprendre SEUL implique la mise en place des statuts appropriés vis-à-vis de l’entreprise.  La création d’une entreprise seule est possible. Vous pouvez opter pour l’entreprise individuelle ou EI, l’entrepreneur individuel à responsabilité limité ou EIRL, entreprendre seul dans un cadre sociétaire ou EURL, l’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ou EURL,  et la société par action simplifiée unipersonnelle ou SASU.

L’importance des statuts pour entreprendre seul

Le choix d’entreprendre seul permet l’association à des statuts juridiques spécifiques. L’EI implique l’existence d’un seul dirigeant dans l’entreprise. Les formalités de création ne sont pas compliqués et est moins chers.  Il n’y a pas la nécessité de capital pour l’ouverture de l’entreprise. L’EiRL tient ses bases dans l’entreprise individuelle. La différence raisonne sur la possibilité de protéger une partie du patrimoine privé. De plus, l’entrepreneur pourrait créer autant d’EIRL qu’il souhaite.  Pour la société, le fiscal relève de ces revenus e bénéfices. Il est soumis au régime des travailleurs non salariés. L’EURL entreprend avec un associé unique. Cet associé peut-être une personne physique ou morale.  Ce statut mélange l’EI et le SAU. Le dirigeant est soumis au régime de travailleur non salarié. L’activité est limitée à l’apport de capital pour. Il est possible d’évoluer en devenant un SARL. Les règles de gestion sont plutôt  légères.

Entreprendre seul, les avantages de sa société

Le SASU est une société disposant d’un associé unique. Elle est soumise à l’impôt sur la société.  Les charges sociales sur les dividendes sont exonérées. Il est à remarquer que le dirigeant ne bénéficie pas de chômage. Il y a le constat de crédibilité envers les partenaires.  De plus, l’entreprise dispose d’une certaine structure permettant l’évolution des partenariats. Par contre, vous aurez l’obligation de rédiger des statuts. Vos activités seront limitées par les statuts entrepris. L’entrepreneur est considéré comme un salarié en optant pour ce type de statut.  Le capital exigé pour l’ouverture de la société est assez élevé.

Quel statut choisir pour lancer seul une entreprise ?
Par qui se faire aider pour créer une entreprise ?